Lecture: Abû Bakr, le premier calife de l’Islam

Lecture: Abû Bakr, le premier calife de l’Islam

Dans la catégorie des livres religieux, j’ai décidé de (re)lire en parallèle des livres traitant de la purification de l’âme et du cœur comme vous avez pu le voir, des livres sur les Compagnons du Prophète Muhammad – que la paix et la bénédiction d’Allâh soient sur – et d’anciens sur lesquels je peux prendre exemple. Et quoi de mieux que de commencer par ceux que le Prophète a qualifié de الخلفاء الراشدين المهديين, c’est-à-dire les Califes bien guidés.

Le premier de ces Califes bien guidés est Abû Bakr (de son vrai prénom ‘Abd Allâh) fils de Abû Quhâfah (de son vrai prénom ‘Uthmân) – qu’Allâh soit satisfait de lui et de son père.

Abû Bakr qu’Allâh soit satisfait de lui est aussi surnommé « le véridique » (الصديق), surnom qui lui a été donné lorsqu’il a porté foi à la parole du Messager d’Allâh après son Voyage nocturne: les Qurayshites se moquaient du Prophète et ne croyaient pas en lui car il était impossible que le Messager ait voyagé de la Mecque à Jérusalem, soit monté au ciel et revenu à la Mecque, tout cela en une seule nuit. Mais Abû Bakr répondit que si le Messager le dit, c’est que cela est vrai et qu’il y croyait fermement. Qu’Allâh agrée Abû Bakr et soit satisfait de lui !

Abû Bakr est l’un des premiers hommes, et pour certains le premier homme, à s’être converti à l’Islâm et suite à sa conversion puis à son appel à l’Islâm d’autres Compagnons possédant un haut rang parmi les Quraysh se sont convertis, qu’Allâh soit satisfait d’eux.

Abû Bakr était plus qu’un ami pour le Prophète: il était son frère en Islâm, son fidèle ami mais aussi son beau-père. Il était aussi celui qui a eu cette place privilégiée auprès du Prophète, celle d’avoir été, lors de son émigration vers Médine, son compagnon de voyage. Celui qui a été le deuxième des deux dans la grotte de Thawr durant ce périple. Celui qui a défendu le Messager d’Allâh jusqu’à être défiguré par les polythéistes à la Mecque et qui, à son réveil n’a voulu ni boire ni manger jusqu’à ce qu’il voit de ses propres yeux que le Messager d’Allâh – que la paix et la bénédiction d’Allâh soient sur lui – allait bien et était en sécurité.

Il a été celui qui a remis de l’ordre parmi les Musulmans après la mort de son bien-aimé, qui a fait preuve de courage, de patience, de sang-froid et de sagesse à ce moment-là alors qu’il souffrait aussi terriblement de cette grande perte. Abû Bakr a été l’homme de la situation et c’est pourquoi l’imâmah de la société musulmane établit par le Messager d’Allâh lui est revenu tout naturellement. Abû Bakr – qu’Allâh l’agrée – devint donc calife en l’an 10 de l’Hégire.

En lisant sa biographie, ce qui m’a marqué c’est sa volonté de continuer le chemin entrepris par le Messager d’Allâh. Par exemple ce dernier, que la paix et la bénédiction d’Allâh soient sur lui, avant de mourir avait envoyé Usâmah ibn Zayd ibn Hârithah  – qu’Allâh soit satisfait d’eux deux – à la tête d’une délégation vers la Grande Syrie. Mais cette armée apprit la mort du Messager lorsqu’ils étaient à Al-Jurf (ou Al-Juruf). Abû Bakr, nouveau chef, leur ordonna de partir là où le Messager leur avait ordonné d’aller et d’y accomplir ce qu’ils devaient y accomplir. Cette armée fut la première qu’Abû Bakr radiallâhu ‘anh envoya: il le fit dans le but d’accomplir la volonté du Messager d’Allâh et par désir de réaliser son dernier souhait.

Et je trouve que cela a sûrement été le but du califat d’Abû Bakr qui a duré 3 ans: c’est-à-dire être le moyen par lequel de nombreuses prédictions du Messager d’Allâh sallâllâhu ‘alayhi wa sallam se concrétisent. Et c’est ce que j’ai beaucoup aimé et admiré chez lui radiallâhu ‘anhu.

En 3 ans de califat, il a essayé de faire tout cela, de se conformer aux dires du Messager d’Allâh, d’agir selon eux. Comme si son califat était une sorte de continuité de l’imâmah du Messager – que la paix et la bénédiction d’Allâh soient sur lui. Peut-être que je me trompe mais c’est ce que j’ai ressenti. Et par conséquent, je me suis souvenue du titre par lequel il a été appelé: خليفة رسول الله c’est-à-dire le successeur du Messager d’Allâh. En lisant sa biographie, c’est apparu comme une évidence (elle l’était déjà mais c’est comme si j’avais compris un autre aspect de cette appellation).

Les bienfaits d’Abû Bakr sont nombreux et impossibles de les citer dans un seul article. Et même s’il y en avait plus à son sujet, aucun des mots que je pourrais écrire ne seront à la hauteur de sa personne. Son intelligence, sa perspicacité, sa sagesse, sa douceur, sa force et sa fermeté dans son attachement aux paroles divines et à celles du Messager d’Allâh, sa justesse, son amour… Tout autant de qualités qui nous permettent de comprendre pourquoi il fut tout naturellement le premier successeur du Prophète sallâllâhu ‘alayhi wa sallam en tant que calife.

J’ai aimé re-découvrir l’histoire de Abû Bakr As-Siddîq (le véridique), ce noble compagnon du Prophète – que les salutations et bénédictions d’Allâh soient sur lui. Mais surtout, j’ai aimé découvrir des aspects de son califat que je connaissais peu et/ou que de nom.

Que ce bienfait qu’Allâh t’a accordé soit un surplus de bien pour toi. Crains Allâh dans tout ce que tu entreprends, car Allâh est avec ceux qui Le craignent et sont bienfaisants. – Abû Bakr – qu’Allâh l’agrée – à Khâlid ibn Al-Walîd – qu’Allâh l’agrée -.

Ce livre, comme pour les autres compagnons, me donne envie d’en lire d’autres à son sujet, parce qu’on n’en apprend jamais assez sur nos modèles, n’est-ce pas ? 🙂

Sinon, vous, vous l’avez déjà lu ? Qu’en avez-vous pensé ? Quels autres livres me conseillerez-vous de lire sur Abû Bakr, qu’Allâh soit satisfait de lui ?

May.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous recherchiez quelque chose?